Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 19:00

Giorgio de Chirico.

La fabrique des rêves


du
13 février au 24 mai 2009

Musée d'Art Moderne de Paris

 

l'incertitude du Poète
Giorgio Di Chirico

Commissaire de l’exposition : Jacqueline Munck, conservateur en chef du patrimoine

 


Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition rétrospective à Giorgio de Chirico (1888 - 1978), artiste majeur du XXe siècle dont l’œuvre n’a pas été présentée à Paris depuis plus de vingt-cinq ans.
Cent soixante-dix peintures, sculptures, œuvres graphiques et une sélection d’archives retracent le parcours singulier de l’artiste actif de 1909 à 1975. L’exposition vise à restituer l’unité de l’œuvre en portant un regard contemporain sur la mythographie fantastique née dans la fabrique des rêves chiriquienne : une métaphysique mutante et toujours opérante.

Giorgio de Chirico, inventeur de la peinture métaphysique placée sous le signe de la révélation, s’installe en 1911 à Paris. Il fascine en premier lieu Guillaume Apollinaire qui, dès 1913, introduit l’artiste dans son cercle – Picasso, Derain, Max Jacob, Braque, Picabia, etc. – ainsi que Paul Guillaume, son premier marchand. L’onirisme, la dimension prophétique, les subtiles incongruités et les décalages observés dans l’œuvre de Giorgio de Chirico ont, dès le début des années 20, d’immédiates résonances sur le surréalisme naissant, de Magritte, Ernst à Picabia et Eluard.

 



Musée d’Art moderne de la Ville de Paris


Horaires d’ouverture
Mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le Jeudi de 10h à 22h (seulement les expositions)
Fermeture le lundi et les jours fériés

Tarifs
Plein tarif : 11 €
Tarif réduit (famille nombreuse, chômeurs ….) : 8 €
Tarif jeune (13- 26 ans) : 5,50 €
Gratuit pour les moins de 13 ans

11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
Tél
: 01 53 67 40 00

http://www.mam.paris.fr/
14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 10:00

 

9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 10:00

 

 

 

4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 19:09

  TOYEN

 Toyen-1930.jpg

 

Marie Cerminova connue sous le nom de Toyen, pseudonyme choisi en hommage à la France par référence au mot citoyen


Pour beaucoup de connaisseurs d'art, Toyen est l'artiste la plus libre, la plus singulière du XXe siècle. 
Presque tout était étrange et mystérieux sur elle: son pseudonyme Toyen, sans genre, qui devait libérer cette femme à de multiples facettes de toute convention sociale, sa stylisation masculine, sa vie privée, ses tableaux. 
Toute la vie de Toyen est marquée par sa rencontre, en 1922, avec le peintre surréaliste Jindrich Styrsky. 
Tous deux adhèrent au groupe d'avant-garde artistique tchèque, Devetsil. 

En 1925, ils partent pour Paris où ils séjourneront 3 ans et exposeront à la Galerie d'art moderne, boulevard Raspail et à la Galerie Vanvin. Après les débuts marqués par l'influence du cubisme, Toyen crée son propre style, baptisé à Paris l'artificialisme, qui offre une alternative libre, sensuelle, lyrique et onirique au surréalisme et à l'abstraction.


Après le retour à Prague, en 1928, Toyen adhère sans conditions au surréalisme, devient membre fondateur du Groupe surréaliste tchèque et occupe une position discrète mais importante dans ce mouvement. En 1945, Toyen organise au Salon Topic à Prague une exposition de son oeuvre qui restera pour longtemps la dernière en Tchécoslovaquie. 
En 1947, l'artiste fuit devant le danger du communisme à venir (version stalinienne) et s'établit à Paris. Elle devient une amie très proche d'André Breton, auquel elle restera fidèle jusqu'à sa mort, en 1966. Elle demeurera dorénavant dans son appartement abandonné, rue Fontaine. Entre 1947 et 1962, six expositions indépendantes de Toyen sont organisées à Paris où l'artiste est disparue, en 1980.
 


(voir dans "nos images" dossier Toyen)
 

  

  • : adagio
  • adagio
  • : Ce lieu est un reflet-miroir de moments éphémères de sensibilité musicale et poétique, existentielle, anticapitaliste, colorée
  • Contact